5 façons de se blesser en pelletant

Décembre 2019

Les premières bordées de neige sont arrivées et bientôt, la saison du pelletage sera officiellement commencée. On a discuté avec notre kinésiologue et clinicien pivot Antoine Cantin-Warren des différentes façons de se blesser en pelletant, mais surtout, des solutions pour ne pas en arriver là.

 

Pour plusieurs, pelleter est une corvée. On pellette pour être en mesure de sortir la voiture de l’entrée, ou encore pour éviter que toute la famille trébuche en mettant le pied à l’extérieur. Comme toute obligation qu’on aime moins faire, on a tendance à vouloir s’en débarrasser rapidement. Tellement rapidement qu’on augmente drastiquement le risque de blessure. Pelleter, au même titre que n’importe quelle activité demandant un effort physique nécessite un minimum de préparation. 

« L’échauffement, en théorie, devrait être prioritaire. En pratique, c’est une tout autre chose. Même si on recommandait aux gens de le faire, la vérité, c’est qu’une infime minorité le ferait. On va donc plutôt tenter de modifier ce qu’ils font déjà plutôt que d’ajouter des étapes au pelletage. Je recommande donc de commencer lentement la séance de manière à s’échauffer à même celle-ci. »

Comme il s’agit d’une activité physique qui est intense et soudaine, la première chose à éviter est donc de vouloir aller trop vite.

 

1. Pelleter trop vite

Pelleter est une tâche qu’on ne planifie pas alors qu’on devrait le faire. En prévoyant du temps à notre agenda pour la faire, on diminue notre stress à vouloir la faire rapidement par peur de manquer de temps. Et même si la météo se veut notre alliée, on ne peut pas se fier qu’à elle. Il se pourrait qu’il tombe davantage de neige que prévu. Dans le cas échéant, il faut être prêt. 

« La plupart du temps, on ne prend pas le temps d’évaluer notre environnement. Parce que notre entrée ne change pas, on pense que pelleter va nous prendre le même temps d’une fois à l’autre. Mais ce qui la recouvre change d’une fois à l’autre. Par exemple, une neige mouillée sera beaucoup plus lourde et donc, beaucoup plus difficile à pelleter. »

Mais l’environnement n’est pas tout. Il faut également y aller une étape à la fois. « Il faut utiliser les grands groupes musculaires et y aller lentement. Quand on pellette notre entrée, on devrait commencer par gratter la neige pour ensuite la pousser tranquillement avec ses jambes et ses bras vers un même point, le bord de la rue par exemple. De cette façon, l’effort requis est moins grand. »  

 

2. Utiliser les mauvaises pelles 

La plupart d’entre nous préfèrent les grosses pelles parce qu’elles peuvent contenir plus de neige. Il ne faut pas oublier qu’une plus grande pelle est également plus lourde, et donc, qu’il faut forcer plus pour la soulever. 

« La pelle, c’est une question de préférence. Il faut simplement savoir bien l’utiliser en fonction du type de neige. Personnellement, je suis un fier partisan de la pelle traineau. Elle est plus dispendieuse, mais elle nous permet de transporter beaucoup de neige sans avoir à la soulever. » 

Antoine souligne toutefois que la longueur de la pelle est importante à considérer lorsque vient le temps d’en acheter une nouvelle. Si quelqu’un de très grand utilise une pelle trop courte pour lui, il se retrouvera à pelleter en position penchée. Résultat: son risque de blessure augmentera puisque c’est dans cette position qu’on devient le plus vulnérable. 

Pour éviter de se blesser, il est recommandé d’opter pour une pelle qui ne pèse pas plus de 3 lb et dont le manche nous arrive à la poitrine. Il existe également une autre solution: la souffleuse à neige. Dans le deuxième cas, même si le niveau d’intensité de l’activité diminue, il faut demeurer attentif à son corps et porter une attention particulière au positionnement de celui-ci lorsqu’on effectue des manoeuvres avec la souffleuse. 

3. Lancer la neige trop haut 

Plus on lance la neige haut, plus les mouvements de notre corps sont nombreux et plus nous risquons de nous blesser.

« Je recommande de pousser notre neige dans un endroit qui est proche d’où on va la laisser. L’idéal, c’est de partir de l’extrémité de notre entrée en poussant la neige vers le terrain pour ensuite la soulever.»

Lorsque vous devez soulever la neige, essayez de ne pas la lancer à plus de 4 pieds de haut. Pensez également à varier les endroits où vous laissez votre neige de pelletage en pelletage pour éviter de devoir soulever votre neige trop haut. 

 

4. Pelleter seulement lors des tempêtes de neige

Pourquoi pelleter son entrée alors qu’il n’y a pas beaucoup de neige? Une accumulation de 1 ou 2 cm ne nous empêche pas de faire grand-chose. Mais si on laisse cette accumulation au sol, elle peut geler et c’est là que ça devient dangereux. Pendant qu’on y est, si vous prenez le temps de déneiger votre entrée alors qu’il n’y a pas beaucoup de neige, prenez le temps d’y mettre du sel également. 

« Pour des raisons de sécurité, j’ajouterais qu’il est important de toujours garder deux portes de sortie dégagées. Comme la porte patio est souvent l’issue de secours par excellence, déblayer un chemin, ne serait-ce que de la largeur d’une pelle, permettra d’évacuer rapidement et en toute sécurité en cas d’urgence. On ne voudrait pas se blesser en essayant de sortir par une fenêtre parce qu’on est incapable de le faire par la porte donnant sur la cour arrière. » 

5. Forcer uniquement avec le dos

Il est plus naturel de forcer avec le dos qu’avec les jambes, mais il est également plus facile de se blesser en ne forçant qu’avec son dos. Lorsque vient le temps de soulever de la neige, il est important de le faire en utilisant ses jambes et en fléchissant les genoux. Un peu à la manière d’un squat. 

« Lorsqu’on doit effectuer un mouvement de rotation au niveau du dos, on devrait toujours impliquer les hanches et les jambes. Lorsque ce n’est pas possible, essayons de le faire avec un dos droit et bien réchauffé. Une torsion du dos n’est jamais l’idéal, mais une torsion du dos combiné à une flexion de celui-ci augmente drastiquement le risque d’entorses lombaires. »

Maintenir les pieds écartés au sol, favoriser les transferts de poids, éviter les mouvements brusques, forcer avec les jambes, maintenir une cadence régulière et ne pas hésiter à prendre des pauses lorsqu’on sent que c’est nécessaire sont toutes de bonnes solutions pour éviter de se blesser. D’autant plus qu’en prenant le temps de bien faire les choses, vous risquez d’y prendre goût! C’est encore plus vrai quand toute la famille s’y met.

Si vous avez mal quelque part, n’attendez pas. Trouvez des solutions à vos douleurs.

----------

ÉQUILIBRE VOUS PRÉSENTE: 

ANTOINE CANTIN-WARREN

Antoine est kinésiologue et clinicien pivot au Centre du genou-Équilibre du Complexe médical Synase, à Québec. Alors qu’il travaille pour Équilibre depuis maintenant plus de 3 ans, il est heureux de pouvoir agir en tant qu’accompagnateur des patients tout au long de leur guérison. Antoine est également père de famille et comme tout le monde, il doit pelleter la neige qui s’accumule dans son entrée. Tant mieux s’il peut aider les autres à le faire sans se blesser!