Pieds des enfants: 4 conditions courantes démystifiées

Porter des orthèses en bas âge n’a rien de honteux ou d’alarmant, bien au contraire, c’est grâce à celles-ci qu’on parvient à corriger des désalignements qui pourraient devenir des problèmes plus complexes à l’âge adulte. Mais pour quelles raisons un enfant en porterait-il? On a discuté des quatre conditions les plus courantes chez l’enfant avec Nancy Trempe, directrice de laboratoire et orthésiste chez Équilibre.  

 

Nancy Trempe rencontre des enfants accompagnés de leurs parents sur une base quotidienne. Elle recommande d’ailleurs aux parents de prendre rendez-vous avec un orthésiste pour un examen biomécanique si leur enfant présente certaines douleurs ou une fatigue lors de l’activité physique. Chez les enfants qui portent des orthèses plantaires, il est suggéré de faire un suivi annuel afin de voir si l’orthèse fabriquée sur mesure convient encore au pied de l’enfant.  

 

« Selon nos observations et la prescription du médecin traitant, nous pouvons commencer à traiter un trouble vers l'âge de 3 ans. Avant cet âge, l'arche du pied est en développement, il est donc normal que le parent observe un pied plat chez leur enfant. »

 

C’est lorsque le pied est plat au-delà de cet âge qu’en parler au médecin traitant devient important. 

 

Une condition courante chez l’enfant: le pied plat 

Il est possible que l’arche d’un pied qui ne se soit pas développé après l’âge de trois ans soit synonyme d’un pied plat. Caractérisé par un affaissement de l’arche du pied et la cheville qui verse vers l’intérieur, celui-ci peut provenir d’un bagage héréditaire, d’un dysfonctionnement biomécanique du pied, d’un surplus de poids, d’une hypotonie des muscles, d'une hypermobilité des os du pied ou d'un mauvais alignement des jambes.

 

Une fatigue pendant une activité en famille, comme une marche, est souvent ce qui met la puce à l'oreille chez les parents. Les pertes d’équilibre et l’usure prématurée des chaussures, souvent déformées vers l’intérieur, sont également de bons indicateurs que quelque chose ne va pas. Outre ces symptômes, ils peuvent entraîner des inconforts et des douleurs aux pieds, aux chevilles, aux genoux et dans certains cas, au dos. 

 

« On observe des douleurs lombaires davantage chez les enfants qui ont 8 ans et plus. Ces douleurs s’expliquent de par le fait qu’une arche trop affaissée affecte l’ensemble de la structure musculo-squelettique. »  

 

 


Deuxième condition: le faux pied plat 

Le faux pied plat, qu’on appelle également le pied plat flexible, peut parfois s’apparenter au pied plat en raison de l’affaissement de l’arche plantaire qu’on peut observer chez l’enfant qui est debout. Le faux pied plat peut provenir d’une laxité ligamentaire de la cheville et peut être héréditaire. Ses symptômes sont semblables à ceux du pied plat, c’est-à-dire: la fatigue, l’usure prématurée des chaussures, le manque d’équilibre, les inconforts et les douleurs.

Troisième condition: la rétraction du tendon d’Achille
Votre enfant marche sur la pointe des pieds? La rétraction de son tendon d’Achille, communément appelé le syndrome de la ballerine, pourrait en être la raison. Cette troisième condition peut être causée par des troubles physiologiques, par la mauvaise habitude de marcher sur la pointe des pieds, par l'hérédité et, dans certains cas, par un retard de développement moteur. Contrairement au pied plat et au faux pied plat, on peut observer une arche plus accentuée chez les enfants qui ont cette condition.

 

Quatrième condition: la rotation interne des pieds  

La rotation interne des pieds se caractérise par une démarche avec les pieds vers l’intérieur. Elle peut être causée par une position inadéquate lorsque l’enfant est assis ou couché. L’hérédité peut également être un facteur qui explique ce problème.

 

Cette condition qui vient affecter l’apparence de la démarche chez l’enfant n’est pas douloureuse. Il n’est pas rare que l’enfant dont les pieds sont tournés vers l’intérieur trébuche, perde l’équilibre ou tombe. L’utilisation d’une barre de dérotation tibiale, avec laquelle l’enfant est appelé à dormir, est l’une des façons de traiter cette problématique. 

 



 

Des solutions communes
D’une problématique à l’autre, les solutions qui peuvent être mises en place pour améliorer la condition de l’enfant se ressemblent. Il faut tout d'abord faire l'acquisition d'une chaussure avec une bonne structure afin de stabiliser le pied. Sous recommandation d’un médecin et selon l’observation de l’orthésiste, il est possible d’ajouter des éléments correcteurs à la chaussure pour maintenir le pied un peu plus droit. Parmi ces éléments, on retrouve le support d’arche, qu’on appelle le support scaphoïdien. 

 

Il est possible d'aider l'enfant à travers des séances de physiothérapie. Le port d’orthèses plantaires peut aussi favoriser un bon alignement durant la croissance de l’enfant. Dans certains cas, la combinaison de la physiothérapie et des orthèses plantaires optimise le traitement. 

 

Bien qu’un parent ne puisse savoir si son enfant possède l’une de ces conditions sans le diagnostic du médecin, il peut vérifier l’usure de ses chaussures, noter lorsque celui-ci se fatigue rapidement lors d’un effort physique, observer les positions qu’il adopte, et même, faire des petits jeux lui permettant de comprendre l’empreinte du pied de son enfant. En cas de doute, celui-ci peut toujours consulter le médecin traitant.

 

Que votre enfant ait l’un des symptômes présentés dans cet article ou pas, n’attendez pas, prenez rendez-vous avec l’un de nos spécialistes. 


----------

NANCY TREMPE
Nancy Trempe célébrera ses trente ans de services au sein de la grande famille Équilibre en 2021. Diplômée d’une technique en orthèse/prothèse et d’une formation en soin des plaies du Collège Montmorency en plus d’une formation en gestion de projet de l’ÉTS, elle a gravi les échelons un à un avant de devenir directrice de laboratoire. Elle travaille avec des personnes de tous les âges aux styles de vie différents: de l’enfant à la personne âgée en passant par le grand sportif à la personne à mobilité réduite. Elle a également été appelée à collaborer sur différents projets en recherche et développement.